Message de Noël 2017

Une rupture qui transforme la vie

Les cascades grandes ou petites et sous toutes les formes sont souvent un spectacle beau à voir.

Peu surpassent la splendeur des Chutes d’Iguaçu dans l’état de Paraná au Brésil. Quelle taille immense ! Des millions de litres d’eau qui se jettent de falaises dures comme du granit. De l’eau qui coule, kilomètre après kilomètre, et d’une année à l’autre ! Émerveillé par sa beauté captivante et par la formidable variété du spectacle, on pense à différents moments dans l’histoire du salut.

Il y a des endroits où les chutes évoquent des souvenirs de l’aube de la création, où Dieu a séparé les eaux du chaos et a formé la terre. Dieu a créé un espace où la nature pouvait scintiller et les créatures pouvaient vivre, et où chacun pouvait s’occuper de l’autre dans le beau jardin de la vie.

Dans d’autres endroits, les chutes inspirent des souvenirs du cours de la vie par les eaux menaçantes qui révèlent notre vulnérabilité, mais elles ouvrent nos yeux aussi à la grâce souveraine prodiguée par Dieu au peuple qu’Il s’est choisi. Le peuple d’Israël a traversé indemne les eaux du chaos. Ils ont expérimenté le voyage sacré suivi par le peuple de Dieu au cours de l’histoire humaine sous la protection de Celui qui est capable de nous délivrer du péril ou du danger.

Surtout à la fin de leur cours, canalisées par les humains sur deux kilomètres au bord d’une montagne qui absorbe toute cette beauté de jour et de nuit, les chutes cessent de tomber en cascade tout simplement. Elles se lancent, furieuses, au-dessus de rochers qui ressemblent à du silex et tombent inexorablement par terre. Elles s’écrasent à un autre niveau en hurlant et en éclaboussant tous ceux qui osent s’en approcher.

Les cascades peuvent aussi rappeler la rupture qui a lieu dans le ventre de celles à qui le Créateur fait le précieux don d’enfanter. La poche des eaux se rompt et une nouvelle vie surgit dans le monde, une nouvelle vie avec tout son mystère, sa promesse et son espérance.

Dans le cas de Marie, qui n’était qu’une adolescente, elle se trouvait en face du mystère quand le messager de Dieu lui a parlé de ce que Dieu faisait en elle - chose à la fois merveilleuse et effrayante. Les paroles choquantes de l’ange ont rencontré la réponse calme d’une personne prête à accomplir la volonté du Seigneur.

Puis plus tard, ce jour grand et mémorable à Bethléhem, la poche des eaux s’est rompue et ce bébé-mystère est né dans l’obscurité. Elle l’a mis dans une mangeoire, mais sa naissance a provoqué une rupture immense dans l’histoire humaine.

Hurlant comme le font les nouveau-nés, Jésus a quitté la sécurité du ventre d’une mère aimante pour faire face au monde avec toute sa tristesse. Il a appris tôt les aléas d’une vie de réfugié. Plus tard, il a erré sans domicile fixe. Plus tard encore, il a donné sa vie suite à une parodie de justice. Et pendant tout ce temps il a démontré comment l’amour conduit à la vie, comment le pardon couvre le péché, et comment la vie abondante vainc la mort qui inspire la peur.

Les eaux qui ont coulé ce premier matin de Noël ont préparé la voie pour une vie que même la mort ne peut détruire. La croix ne pouvait pas éteindre cette vie ; elle n’est que le chemin vers un tombeau vide. La mort a cédé le pas à la victoire de la Résurrection.

Ce que les Chutes d’Iguaçu rappellent surtout c’est la bonne nouvelle que le sujet de Noël est une rupture dans le temps et dans l’espace, une immense rupture déclenchée par des eaux qui surgissent du ventre d’une vierge. Il s’agit d’un grand changement dans le cours de l’histoire, un événement historique qui a la possibilité de transformer la trajectoire de chaque vie humaine et de chaque communauté.

Le bébé dont nous fêtons la venue est Emmanuel, Dieu avec nous ! Comment cette nouvelle glorieuse de Noël vous a-t-elle changé, comment a-t-elle changé ceux que vous aimez?

Neville Callam
Secrétaire Général
Alliance Mondiale Baptiste

(Traduit par David Boydell)